Retour d’expérience d’un projet de réemploi par un architecte : la rénovation de la Halle Pion

Témoignages clients/interviews Rédigé par : iman bourdais 21 octobre 2022

César Bazin, du cabinet d’architectes Atelier + 1, nous parle de sa collaboration avec Cycle Up dans le cadre du projet de la réhabilitation de la Halle Pion du quartier Gally à Versailles.

Un projet ambitieux d’intégration de matériaux de réemploi, qui s’est déroulé au printemps 2022. La halle Pion a par la suite accueilli de mai à juillet 2022 l’exposition « Territoires en transformation » dans le cadre de la Biennale d’Architecture et de Paysage d’Île-de-France.

Parlez-nous un peu du projet !

Nous avons été missionnés par Icade qui était la maîtrise d’ouvrage en charge de l’aménagement du futur quartier, fort d’un cadre exceptionnel en limite des jardins du Château de Versailles. Le projet était divisé en plusieurs lots confiés à des cabinets différents. La plupart étaient des lots d’aménagement en neuf et un seul impliquait de la réhabilitation.

HALLE PION GALLY rénovation
La Halle Pion – Gally

La halle Pion est une ancienne caserne militaire abandonnée depuis plusieurs années, d’environ 1000m² sur un terrain de 20 ha, qu’il avait fallu dépolluer en amont dans le cadre du chantier. Icade opérait pour le compte de la mairie, qui voulait la transformer en halle gourmande, avec une partie restauration / épicerie et une partie salle de spectacle et espace coworking.

Une phase d’aménagement temporaire devait permettre de transformer la halle en espace de présentation du projet, le temps des travaux sur la zone. Pour cela, une conception avec le plus faible impact carbone s’imposait et le réemploi prenait tout son sens. Concrètement, il fallait rénover techniquement la halle, remplacer les vitrages, installer des sanitaires et réparer la charpente avec un délai et un budget relativement serré.

Pourquoi du réemploi ? Quelle était votre expérience de ce mode d’approvisionnement ?

Chez Atelier + 1, nous sommes depuis longtemps convaincus de la pertinence du réemploi dans les projets de rénovation et nous travaillons beaucoup sur ces questions pour l’intégrer autant que possible dans nos projets. Nous avons notamment travaillé sur plusieurs projets d’envergure comme le Sixième Toit à Exelmans, un projet de halle en bois avec du réemploi dans les matériaux de structure et de gros œuvre. Nous savons qu’il n’y a pas de marche à suivre évidente ou systématique et qu’il faut s’adapter à chaque projet.

Nous connaissions la marketplace de Cycle Up pour l’achat classique de matériaux, mais avions besoin d’aller plus loin avec de l’approvisionnement spécifique. Nous avons choisi Cycle Up car leur connaissance du réemploi faisait sens. Nous avons donc échangé avec Icade qui était partant pour les intégrer dans le lot qui incluait du réemploi.

Quelle était la mission de Cycle Up sur ce projet?

matériaux réemploi gally

Leur mission principale consistait à approvisionner et acheminer des matériaux de réemploi correspondant aux besoins du projet. Les équipes ont fait une étude des matériaux les plus appropriés et ont recherché les gisements et quantités requises pendant toute la préparation en amont du chantier. Ils apportaient également un support technique sur l’intégration de ces matériaux au chantier.

Quel a été pour vous le bilan de ce projet ?

Ce projet a été très important pour mieux comprendre et intégrer les spécificités du réemploi dans nos futurs chantiers.

Le projet était ambitieux, car il visait à intégrer plus de 40 matériaux ou équipements différents sur un chantier de petite envergure avec un timing serré. C’était certainement trop, mais nous avons fait du mieux possible et cela nous a permis de tester sur un maximum d’éléments courants ce qui marchait et ce qui ne marchait pas !

Pour la partie budget, la seule contrainte que nous avions était que le réemploi ne devait pas être plus cher que du neuf et nous nous y sommes tenus.

retour experience réemploi rénovation
rénovation réemploi gally

Avez-vous des exemples concrets des difficultés rencontrées ?

Nous avons conscience que le réemploi n’est pas encore (ou plus!) dans les usages des entreprises de travaux et beaucoup sont encore trop peu motivées. Dès que la moindre difficulté apparait, la réaction la plus simple est de vouloir repasser tout de suite sur du neuf… Nous avons donc eu besoin de beaucoup d’échanges entre les différentes parties sur la manière de faire afin de lever les doutes et réassurer les entreprises de travaux.

La tenue des délais est assurément l’une des principales difficultés pour l’approvisionnement en matériaux de réemploi, car cela limite le choix, notamment quand il faut regrouper plusieurs gisements. Il faut également être vigilant sur les produits techniques, puisqu’ils peuvent impliquer des vérifications, des pièces détachées ou du reconditionnement qui doivent être intégrés en amont. Nous avons par exemple eu des difficultés sur les batî-supports que nous avions prévus sur ce chantier.

D’un point de vue administratif, il était important de chiffrer en neuf et en réemploi dans le but de savoir quand nous devions renoncer à l’intégration des matériaux de seconde main. Toutefois, cela a impliqué un travail supplémentaire pour l’écriture des CCTP et le montage du budget. Nous sommes cependant convaincus que cela en vaut la peine.

Quel est votre bilan du projet ? Que conseillerez-vous aux architectes motivés par l’intégration de matériaux de réemploi dans leurs projets ?

  • Il faut se fixer du temps de vérification des matériaux, avec les entreprises amenées à les mettre en œuvre sur chantier, même lorsqu’ils arrivent au fil de l’eau. Cela permet de valider l’état et l’adéquation des matériaux et d’éviter les écarts finaux. Le mieux est de prévoir un temps cadré, lors duquel une réception formelle peut être réalisée, afin que la transmission soit le plus efficace, mais aussi des échéances précises en coordination avec toutes les entreprises, au-delà desquelles on accepte de basculer en matériaux neuf si le gisement n’a pas été identifié.
  • Il est important de ne pas décorréler l’entreprise de travaux du fournisseur de matériaux. Il y a parfois des détails des matériaux auxquels nous ne pensons pas (ex : orientation de la flèche des BAES!) et l’entreprise doit pouvoir questionner l’approvisionneur sur tous ces éléments. Une bonne communication en amont du projet permet d’éviter beaucoup d’aller-retours et d’éventuelles erreurs.
  • Sans expertise en réemploi, il est certainement plus simple d’intégrer 2 ou 3 gros gisements sur des matériaux relativement simples : des luminaires ou du bois brut par exemple. La question des quantités peut avoir son importance car il est plus compliqué de stocker ou de transporter des petites quantités de nombreux matériaux venant de multiples fournisseurs.

Pour nous, le bilan de ce projet reste très satisfaisant, car le résultat est de qualité et démontre notre engagement pour le réemploi qui est le futur de la rénovation. Il nous a permis d’apprendre beaucoup de choses sur notre méthode et les spécificités du réemploi de certains produits ou équipements. Pour la suite, nous souhaiterions approfondir la notion de conception réemploi sur un prochain chantier qui nous laisserait le temps de remettre en état et en valeur des matériaux issus du réemploi.

retour expérience rénovation
retour expérience réemploi
Articles similaires
schema diag
2 décembre 2022

Comment entamer une démarche de réemploi suite au diagnostic PEMD ?

Comme décrit dans l’article “ Qu’est-ce que le diagnostic PEMD et quelles sont ses évolutions réglementaires ? » , le diagnostic PEMD devient réglementaire à partir du 1er janvier 2023 pour toute déconstruction ou rénovation significative de plus de 1000 m²….

22 novembre 2022

Qu’est-ce que le diagnostic PEMD et quelles sont ses évolutions réglementaires ?

L’évolution règlementaire prévue pour 2023 concernant le passage du diagnostic déchets au nouveau diagnostic Produit-Équipement-Matériaux-Déchet (PEMD) peut être confusante pour les acteurs du bâtiment. Nous vous proposons d’y voir plus clair en vous présentant les changements à venir pour le…

28 octobre 2022

Le grand plongeon dans le réemploi du Stade Nautique de Châtillon Malakoff

Dans le cadre de la déconstruction reconstruction du stade nautique intercommunal de Châtillon Malakoff, la maîtrise d’ouvrage Vallée Sud- Grand-Paris a souhaité intégrer une démarche de réemploi au projet. Retour sur une mission ambitieuse et passionnante pour un bâtiment qui…