Éco-conception et assemblage : comment concevoir durablement en vue du réemploi ? Partie 3/5

Bonnes pratiques Rédigé par : Ellie Dana 2 septembre 2021

Partie 3/5 : Pourquoi penser la durabilité de l’assemblage dès sa conception ?

Pourquoi penser la durabilité de l’assemblage dès sa conception ?

Le processus de réemploi reposant sur la dépose sélective des matériaux, l’assemblage doit être conçu au préalable.

Aujourd’hui beaucoup de matériaux ne sont pas déposables, à cause de la manière dont ils ont été collés ou encastrés dans le béton. Par ailleurs, il arrive aussi que l’assemblage ne soit ni visible ni accessible.
Dans d’autres cas, il arrive que les matériaux soient abîmés lors de la dépose, ou que l’opération soit trop longue et trop coûteuse comparé à une démolition classique.
De manière générale, leur mise en œuvre initiale, ainsi que les assemblages utilisés, ne permettent souvent pas une dépose soignée pour un réemploi futur.

En effet, construire démontable implique tous les choix de conception qui impacteront les travaux de changement de destination, les opérations de maintenance et de remplacement des éléments, la fin de vie du bâtiment et les opérations de déconstruction qui en découlent.
Lors de la conception, il est donc primordial d’anticiper les opérations de curage, de maintenance et de remplacement afin de les simplifier. Cette étape de réflexion au préalable permet ainsi de rentabiliser une dépose sélective au profit d’une démolition classique.

Comment s’y prendre dans une démarche d’éco-conception ?

Pour favoriser le réemploi des éléments futur, il est important de concevoir un bâtiment démontable qui augmentera le nombre d’éléments déposables et réduira ainsi les risques de nuire à l’intégrité du matériau lors de sa dépose.

La démontabilité d’un bâtiment repose sur trois grands principes :

  • La réalisation d’un plan de déconstruction
  • La conception des éléments
  • La conception des assemblages

Plan de démontage

Dans un premier temps, il est important d’anticiper la fin de vie du bâtiment en réalisant un plan de déconstruction du bâtiment au même titre qu’un plan de construction.
Celui-ci doit d’abord être implémenté d’un inventaire de tous les matériaux et assemblages du projet (types et quantités) et de leur localisation. De ce fait, pour chacun, il devra indiquer la méthode de dépose, les outils nécessaires pour le démontage et la manipulation des éléments, et tout autre document (schéma, plan, coupe…) qui permettront la compréhension et l’anticipation du curage par l’entreprise de déconstruction.

Conception des éléments

Tous les éléments doivent être dimensionnés en anticipant le fait qu’ils vont devoir être manipulés durant les phases de chantiers. Il est donc important de faire attention à la géométrie et au poids de chaque élément indépendant.

Pour ce faire, deux possibilités se présentent :

  • Des éléments à dimension humaine ne nécessitant pas d’outil de levage. Les éléments manuportables facilitent grandement les opérations de dépose. De ce fait, dans le cas d’un grand nombre d’éléments, il est important de pouvoir assurer un démontage en simultané des éléments. Cela sera particulièrement intéressant pour les revêtements et cloisonnements intérieurs.
  • Des éléments de grande dimension nécessitant des outils de levage standards. Ceux-ci permettent de réduire le nombre de connexions, et donc réduire le temps de montage et démontage. Par ailleurs, les éléments de grande dimension peuvent également être recoupés afin d’être mis en œuvre sur un nouveau projet. De surcroît, cela sera très intéressant pour les éléments de structure et d’enveloppe extérieure.

Dans un second temps, il est important lors d’un curage partiel, de vérifier que les éléments puissent être facilement accessible avec un monte-charge afin d’être évacués du bâtiment sans encombre.

Cela signifie :

  • Dimensionner des éléments qui passent par les ouvertures, couloirs, etc..
  • Dimensionner des accès permettant le passage des éléments mis en œuvre.

Finalement, pour une conception démontable, il peut être intéressant d’ajouter aux composants du bâtiment tout élément pouvant faciliter les opérations de dépose : poignée, encoche pour le manuportage, accroche pour engin de levage…

Conception des assemblages

La démontabilité d’un élément dépend principalement de son assemblage avec les autres matériaux du projet.
La conception des assemblages doit répondre à plusieurs critères :

  • Réversibilité : Les assemblages choisis doivent à minima pouvoir permettre de déposer l’élément sans entrainer la destruction du matériau. Un assemblage entièrement réversible permet de démonter et remonter les éléments autant de fois que nécessaire.
  • Accessibilité : Afin de faciliter la dépose, les assemblages doivent être visibles, non recouverts par des finitions fixes et accessibles pour les manœuvres de démontage. Il est aussi recommandé de travailler avec des assemblages indépendants, qui ne sont pas liés à plusieurs connexions ou bien contraints par un autre assemblage. Il peut être intéressant dans certains cas de figure d’ajouter un élément intermédiaire qui fait la liaison entre deux ou plusieurs composants.
  • Simplicité : Il est recommandé d’utiliser des assemblages courants qui demandent l’utilisation d’outils standards. Aussi est-il préférable de réduire le nombre d’assemblages et d’outils différents afin d’accélérer les opérations de dépose. Enfin, dans le cas d’assemblages spécifiques non courants, il est nécessaire de renseigner le procédé de démontage dans les documents de conception. Ou encore, directement sur l’assemblage lorsque cela est possible.

Les limites

Le choix d’un assemblage se fait par rapport au type de structure, aux charges qui s’y appliquent et à l’environnement extérieur. De cette façon, selon les cas, un assemblage entièrement réversible n’est pas toujours possible.

Les différents assemblages

À préférer

Emboîtement

  • Assemblage réversible.
  • N’impacte pas la durabilité de l’élément.
  • Contraint les possibilités d’assemblages futurs.

Magnétique

  • Assemblage réversible.
  • N’impacte pas la durabilité de l’élément.
  • Élément de liaison réemployable.

Boulon

  • Assemblage réversible.
  • N’impacte pas la durabilité de l’élément.
  • Élément de liaison réemployable.

Vis

  • Assemblage démontable.
  • Altère l’élément.
  • Élément de liaison réemployable.

Vis

  • Assemblage démontable.
  • Altère l’élément.
  • Élément de liaison réemployable.

À éviter

Humide (ciment et colle)

  • Assemblage non réversible (usage de mortier à la chaux possible).
  • Altère l’élément.
  • Élément de liaison non réemployable.

Soudure

  • Assemblage non réversible.
  • Déconstruction destructive.
  • Élément de liaison non réemployable.

Encastrement coulé en place

  • Assemblage non réversible.
  • Déconstruction destructive.

En savoir plus sur l’éco-conception :

1/5 Éco-conception et matériau : comment Éco-conception et matière : comment concevoir durablement en vue du réemploi ?

2/5 Éco-conception et matériau : comment concevoir durablement en vue du réemploi ?

4/5 Éco-conception et bâtiment : comment concevoir durablement en vue du réemploi ?

5/5 Éco-conception et BIM : comment concevoir durablement en vue du réemploi ?

Articles similaires
La galerie du réemploi
8 juin 2021
La galerie du réemploi

Dans une dynamique constante de développement du réemploi à grande échelle, Cycle Up à ouvert son premier showroom, « La Galerie du Réemploi ». Lieu d’accueil des clients, de prise de rendez-vous professionnels avec architectes, entrepreneurs, AMO, AMOE… l’objectif de cette vitrine de notre entreprise est de donner une vue concrète et palpable sur ce qu’est notre…

Les freins au réemploi 1/2
8 septembre 2021
Concevoir réemployable : Quels sont les freins actuels du réemploi ? Partie 1/2

Partie 1/2 : Les éventuels freins à une conception réemployable Les freins Tout d’abord, commençons par citer les freins pouvant intervenir avant l’étape de conception du réemploi. Une liste non exhaustive des principaux freins du réemploi aujourd’hui a ainsi été réalisée à partir d’entretiens effectués auprès d’acteurs de la pratique. En voici donc les fondamentaux…

Les freins au réemploi 2/2
8 septembre 2021
Concevoir réemployable : Comment lever les freins du réemploi ? Partie 2/2

Partie 2/2 : Les solutions pour une conception réemployable Si le réemploi futur est intégré dès la conception d’un bâtiment, les principaux freins qui entravent sa mise en place peuvent alors trouver une solution. Les solutions aux freins identifiés Localisation des gisements Peu de connaissance des gisements disponibles (chantiers de déconstruction à venir, surplus de…

Eco-conception 5/5
3 septembre 2021
Éco-conception et BIM : comment concevoir durablement en vue du réemploi ? Partie 5/5

Aujourd’hui, le diagnostic ressources se fait par un audit visuel du bâtiment. Les quantitatifs réalisés peuvent parfois différer avec la réalité (éléments cachés, non accessibles). Par ailleurs, les documents techniques de conception et fabrication sont le plus souvent introuvables.