Éco-conception et bâtiment : concevoir durablement en vue du réemploi – 4/5

Bonnes pratiques Rédigé par : Ellie Dana 3 septembre 2021

Partie 4/5 : Pourquoi penser la durabilité du bâtiment dès sa conception ?

Pourquoi penser la durabilité du bâtiment dès sa conception ?

Un bâtiment se compose de différentes couches, dont le renouvellement se fait à des temporalités éloignées.

Alors que la durée de vie possible de la structure d’un bâtiment est très élevée, il semble aberrant de démolir un bâtiment simplement car d’autres couches sont obsolètes. C’est en effet une considération qui est déjà bien ancrée dans les mœurs de l’immobilier, avec la multiplication des projets de reconversion et rénovation. Néanmoins, la reconversion ou la rénovation d’un édifice existant demande le plus souvent des moyens humains et économiques importants.

La première action pour concevoir un bâtiment circulaire est donc d’anticiper ses vies futures ainsi que celles de tous ses composants en lui permettant de s’adapter à différents scénarios d’occupation.

Finalement, une conception de bâtiments adaptables, qui anticipe les futurs changements, permet d’augmenter la durée de vie du bâtiment en facilitant les opérations d’entretien, de remplacement des éléments obsolètes et de changement de destination.

Les limites

Une conception de bâtiments adaptables et démontables peut demander une surconsommation de matière à l’origine, ou une construction moins économique. Néanmoins, ce surplus sera amorti dans le temps et sera un réel gain économique et temporel lors d’une opération de transformation.

Comment s’y prendre dans une démarche d’éco-conception ?

L’adaptabilité d’un bâtiment repose sur trois principes fondamentaux :

Polyvalence

Capacité d’assurer différentes fonctions en apportant des modifications mineures aux systèmes. (ISO 20887:2020)

Convertibilité

Capacité d’adaptation à des changements substantiels des besoins des utilisateurs, grâce à la réalisation de modifications. (ISO 20887:2020)

Capacité d’extension

Capacité d’un système dont la conception ou la caractéristique lui permet de s’adapter à des changements substantiels, favorisant ou facilitant ainsi l’ajout de nouveaux espaces, de nouvelles fonctions, de nouveaux moyens et de nouvelles capacités. (ISO 20887:2020)

Ces principes se traduisent par les recommandations générales suivantes :

  • Prévoir des hauteurs sous plancher suffisantes pour recevoir des installations de faux plancher et faux plafond.
  • Préférer des dalles planes qui soient sans différence de niveaux, ou bien démontables.
  • Implanter la structure suivant une trame régulière
  • Surdimensionner les éléments afin d’anticiper les surélévations, les ajouts ou encore les modifications d’équipement.
  • Proposer des cloisonnements composables et recomposables.
  • Et enfin, travailler avec les normes incendie / acoustique / accessibilité / parasismique les plus contraignantes.

Exemples

  • Office Switch Home par Bouygues Construction
  • Conjugo par Vinci Construction France, avec Canal Architecture et Génie des Lieux
  • IDI (immeuble à destination indéterminée) par Icade Promotion et l’architecte Anne Demians

Séparation des couches

La séparation des couches d’un bâtiment est un principe fondamental de l’éco-conception de bâtiments adaptables, mais aussi de la conception pour permettre le réemploi des composants du bâtiment.

À l’échelle des éléments, il faut donc :

  • Rendre chaque élément indépendant et accessible. Cela signifie donc que chaque composant est directement modifiable, retirable ou remplaçable sans impacter la cohésion du bâtiment et des matériaux qui l’entourent.
  • Éviter les éléments qui traversent d’autres composants de gros ou second œuvre afin de réduire le nombre de réservations dans ceux-ci, afin d’augmenter les chances de leur trouver une nouvelle vie.
  • Prendre en compte le temps de renouvellement des différentes couches afin d’estimer le degré de démontabilité des éléments.

Dans le futur

L’accessibilité et la visibilité des éléments permettront aussi de simplifier la mission de diagnostic ressources, et augmenter le nombre de matériaux diagnostiqués et réemployés au sein d’un bâtiment !

Exemple

Circular Building – Arup – Londres – 2016

Crédit : Arup associates

En savoir plus sur l’éco-conception :

1/5 Éco-conception et matériau : comment Éco-conception et matière : comment concevoir durablement en vue du réemploi ?

2/5 Éco-conception et matériau : comment concevoir durablement en vue du réemploi ?

3/5 Éco-conception et assemblage : comment concevoir durablement en vue du réemploi ?

5/5 Éco-conception et BIM : comment concevoir durablement en vue du réemploi ?

Articles similaires
22 novembre 2022

Qu’est-ce que le diagnostic PEMD et quelles sont ses évolutions réglementaires ?

L’évolution règlementaire prévue pour 2023 concernant le passage du diagnostic déchets au nouveau diagnostic Produit-Équipement-Matériaux-Déchet (PEMD) peut être confusante pour les acteurs du bâtiment. Nous vous proposons d’y voir plus clair en vous présentant les changements à venir pour le…

28 octobre 2022

Le grand plongeon dans le réemploi du Stade Nautique de Châtillon Malakoff

Dans le cadre de la déconstruction reconstruction du stade nautique intercommunal de Châtillon Malakoff, la maîtrise d’ouvrage Vallée Sud- Grand-Paris a souhaité intégrer une démarche de réemploi au projet. Retour sur une mission ambitieuse et passionnante pour un bâtiment qui…

parquet réemploi
25 octobre 2022

Retour d’expérience sur un projet de réemploi par une MOA : ICEO et les aménagements de Jaguere & Mellinet

Eric Gérard, directeur général d’ICEO, un promoteur immobilier dédié à l’accession abordable basé à Nantes, nous parle de sa collaboration avec Cycle Up dans le cadre de 2 projets d’approvisionnements de matériaux de réemploi sur des projets de logements neufs….