Organiser son chantier en vue du réemploi

Bonnes pratiques Rédigé par : Caroline Mercier 9 septembre 2022

Les marchés de travaux des entreprises de déconstruction sont en pleine évolution et intègrent de plus en plus des exigences de réemploi. De nouvelles lignes font mention de pourcentages de matériaux à réemployer (en poids ou en nombre), de matériaux concernés par une « dépose soignée » et de zone de stockage pour ces matériaux afin d’organiser au mieux son chantier en vue du réemploi.

Le métier de déconstructeur (rice) fait son apparition : aujourd’hui, on ne demande plus aux entreprises de démolir, mais bien de déconstruire les bâtiments. Ces nouveaux objectifs peuvent déstabiliser les entreprises répondant aux marchés ; toutefois, ils sont nécessaires pour que chaque acteur de la chaîne de construction gagne en compétences.

Alors, quelles méthodes adopter pour mieux répondre à ces marchés ? Comment déposer proprement les matériaux en vue de réemploi ? Comment organiser son chantier en vue du réemploi ?

Organiser son chantier en vue du réemploi implique du temps pour la dépose des matériaux et un espace de stockage adéquat 

Rendre possible le réemploi de matériaux sur un chantier, c’est avant tout prévoir et se donner les moyens humains et matériels de répondre aux objectifs fixés.

Définir les matériaux concernés

La 1ʳᵉ étape est la bonne compréhension du périmètre de matériaux concernés. En effet, il est très rarement question de déposer soigneusement absolument tous les matériaux qui pourraient être réemployés. On préfèrera s’accorder avec la maîtrise d’ouvrage ou son AMO sur un périmètre restreint de matériaux (pourcentage en poids ou en nombre par exemple), certaines typologies, certains matériaux ou uniquement sur des produits ayant trouvé repreneur.

Pour arbitrer sur les matériaux à privilégier pour du réemploi, vous pouvez vous reporter à notre article : Quels sont les matériaux et équipements les plus faciles à réemployer ?

Le temps de dépose

Après avoir établi une liste claire de matériaux et quantités correspondantes concernés, il est primordial de prévoir des temps spécifiquement dédiés à la dépose soignée des matériaux. Récupérer, c’est accorder du temps au dévissage, à la dépose minutieuse ou au tri des composants…

Forts de notre expérience chez Cycle Up, nous vous conseillons de prévoir ces déposes en début d’opération, indépendamment des plannings par zones d’intervention. En effet, les déposes en fin de chantier sont rarement soignées et les matériaux risquent toujours de s’altérer au cours de son avancement.

Stocker les matériaux en vue du réemploi

Le 2nd point constitue le stockage des matériaux déposés : ces zones sont à prévoir dès le lancement des opérations afin d’assurer un espace dédié qui permettra la mise en sécurité des matériaux au cours du projet. La surface de cette zone de stockage doit correspondre à la quantité à déposer, tout en prenant en compte l’espace nécessaire aux matériaux une fois conditionnés : certains éléments nécessitent d’être, par exemple, stockés sur palette.

Pour faciliter les déplacements des matériaux stockés, il est parfois plus judicieux de prévoir 2 espaces de stockage distincts : 

  • l’un pour des reprises imminentes hors site (on parle de réemploi ex situ) en rez-de-chaussée ou à proximité d’un quai de livraison
  • l’autre réservé pour des matériaux réemployés dans une seconde phase sur site (on parle alors de réemploi in situ) au sous-sol ou dans des zones peu utilisées et peu accessibles pendant la phase de déconstruction du chantier.

Organiser son chantier en vue du réemploi implique de former ses équipes à la dépose soignée de matériaux 

De nouveaux métiers liés à la déconstruction

De nouvelles compétences sont aujourd’hui développées sur chantier : elles requièrent une meilleure connaissance des matériaux de construction et de leurs étapes de mise en œuvre. Cette démarche plus consciencieuse valorise le métier de déconstructeur (trice), qui apporte du soin dans la dépose des matériaux. On parle d’ailleurs de dépose soignée pour distinguer ces nouvelles activités des modes de démolitions classiques qui ne permettent pas le réemploi des matériaux.

Si votre projet intègre des démarches de réemploi dans son marché, vous devriez trouver des clauses générales dans le règlement de consultation des entreprises fourni par la maîtrise d’ouvrage ou son AMO. Celui-ci peut définir le périmètre d’intervention de la dépose sélective ainsi que la responsabilité des entreprises au cours des différentes étapes du projet. Elles peuvent par exemple être les suivantes :

  • contrôle
  • qualité du matériau
  • dépose soignée
  • conditionnement
  • stockage.

Pour ces différentes étapes, le CCTP peut faire mention de préconisations de dépose et de conditionnement. Sans obligation réelle, elles conseillent des protocoles opératoires à destination des entreprises de déconstruction. On peut également trouver dans ce document des clauses plus générales qui font mention du tri des matériaux, du coltinage et manutention, de possibles visites et des enlèvements.

Les tests de dépose

Pour développer ces nouvelles compétences de dépose soignée au sein de ses équipes, il est très important de prévoir des tests de dépose sur ses différents chantiers. Ces tests peuvent être explicitement demandés par la maîtrise d’ouvrage ou son AMO, mais ils peuvent aussi être nécessaires afin que l’ensemble de l’équipe soit formé à ces nouvelles pratiques ; particulièrement s’ils concernent des matériaux qui n’ont jamais été déposés de façon soignée.

Ces tests permettront par ailleurs d’évaluer les outils et les équipements de protection les plus adaptés en fonction du type de matériau déposé afin de les fournir par la suite et de manière récurrente à ses équipes. Il existe aujourd’hui peu d’entreprises qui ont de solides références en déconstruction sélective, on remarque au sein de Cycle Up que ces compétences sont de plus en plus valorisées par les maîtrises d’ouvrage.

Si vous débutez dans cette démarche, ne sous-estimez pas les tests de dépose sur vos différents chantiers et soyez force de proposition. Cet apprentissage par le terrain vous permettra de gagner en compétences, ce qui sera valorisé dans vos projets futurs.

Organiser son chantier en vue du réemploi implique de préparer les matériaux à une seconde vie 

Au-delà de la dépose soignée des matériaux, il faut anticiper une nouvelle mise en œuvre de ces matériaux dans des projets et constructions. Une fois déposés, ils sont alors soumis à plusieurs étapes.

Trier les matériaux

En 1er lieu, il est important de trier les matériaux : par date de vérification pour les éléments techniques par exemple ; mais aussi par taille, couleur, aspect. Il s’agit ici de mettre de côté tout matériau présentant un défaut pour ne conserver que ceux qui pourront réellement être remis en œuvre. Le réemploi ne fait que rarement l’objet de l’entièreté d’un gisement, il est donc conseillé de sacrifier quelques éléments lors des tests de dépose afin de conserver à la fin de l’opération ceux ayant les meilleures propriétés techniques.

Conditionner les matériaux en vue du réemploi

Une fois les matériaux triés, il s’agit de les conditionner pour les protéger durant leur transport (pour réemploi ex situ ou vers une zone de stockage longue durée dans le cas d’opération de réemploi in situ). En effet, un matériau mal conditionné a de grandes chances de s’altérer au cours de son transport et ne pourra finalement pas être remis en œuvre pour sa seconde vie. Le conditionnement est ainsi une des étapes primordiales du réemploi et trop souvent minimisée.

Les documents de traçabilité

Lors de l’enlèvement du matériau, il est important de faire signer au repreneur (euse) un bon d’enlèvement ou bon de livraison comprenant les informations suivantes : 

  • coordonnées du vendeur (euse)
  • coordonnées du repreneur (euse)
  • descriptif des matériaux repris
  • quantité correspondante
  • quantité réellement reprise
  • commentaires sur l’état des matériaux 
  • signatures des deux représentant.es.

Ce document permettra d’assurer la traçabilité des matériaux et le suivi général des questions de réemploi sur le projet.

Pour déposer proprement vos matériaux en vue du réemploi, nous vous recommandons de bien vous référer au règlement de consultation des entreprises, ce afin de comprendre les attentes du client si une démarche de réemploi est préalablement intégrée dans le projet. 

Dans tous les cas, et même si cette démarche est spontanée de votre part, il est important de réaliser des tests de dépose pour former vos équipes et gagner en compétences sur le sujet. Dans le but d’organiser au mieux son chantier en vue du réemploi, il faut également prévoir des temps dédiés à la dépose soignée de matériaux dans les plannings ainsi que des espaces de stockage correspondant aux quantités et volumes de matériaux à déposer. Enfin, ne négligez pas le conditionnement des matériaux une fois déposés afin de permettre leur stockage puis transport vers leur seconde vie. 

Ces quelques éléments devraient vous permettre de mettre en place une démarche de réemploi efficace sur vos différents projets et surtout d’éviter un maximum de mise en bennes dans le futur !

Articles similaires
réemploi ressources container
30 janvier 2023

Le réemploi, une réponse aux enjeux climatiques

Le réemploi est une solution de construction positive face aux enjeux du réchauffement climatique. En effet, les matériaux de seconde main ne sont pas extraits des carrières. Ils ne sont également pas produits ou fabriqués dans des usines, ni transportés…

27 janvier 2023

L’intérêt du réemploi dans une démarche de construction

Le réemploi est une pratique ancienne qui a progressivement été délaissée au profit d’une production industrielle. Faire le choix de réemployer, c’est procurer une seconde vie à la matière en accord avec la vision territoriale, tout en conservant une maîtrise…

schema diag
2 décembre 2022

Comment entamer une démarche de réemploi suite au diagnostic PEMD ?

Comme décrit dans l’article “ Qu’est-ce que le diagnostic PEMD et quelles sont ses évolutions réglementaires ? » , le diagnostic PEMD devient réglementaire à partir du 1er janvier 2023 pour toute déconstruction ou rénovation significative de plus de 1000 m²….